Un nombre record d’immigrants arrivera au pays

OTTAWA | Le Canada va accueillir dans les prochaines années un nombre record d’immigrants, a annoncé le gouvernement Trudeau mercredi.

Ainsi, les cibles d’immigration du fédéral ont été fixées à 310 000 l’an prochain, 330 000 en 2019 et 340 000 en 2020. Cette année, quelque 300 000 nouveaux arrivants devraient s’établir au pays.

Les nouveaux seuils représentent une hausse marquée par rapport à la moyenne de 260 000 qui a prévalu sous le gouvernement Harper, de 2011 à 2015.

« Ce plan pluriannuel profitera à tous, car les immigrants mettront leurs talents au service de notre croissance économique et de notre innovation », a dit par voie de communiqué le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen.

À terme, Ottawa souhaite que les seuils d’immigration représentent 1 % de la population canadienne. Le pays va être tout près de cet objectif en 2020.

Actuellement, un Canadien sur cinq est né à l’étranger.

C’est la première fois qu’Ottawa établit un plan de plus d’un an. Il s’agit d’un tournant important, a souligné M. Hussen en conférence de presse à Toronto.

« Cela donne la chance aux communautés de se préparer à leur accueil », a souligné le ministre, lui-même un réfugié somalien arrivé ici à l’adolescence.

Vieillissement

Le vieillissement rapide de la population force le gouvernement à accueillir plus d’immigrants afin d’assurer une croissance économique satisfaisante, a plaidé M. Hussen.

Environ 60 % de l’augmentation prévue sur trois ans concernera la catégorie économique. Au cours des dernières années, plus de 80 % des immigrants qui se sont établis ici avaient moins de 45 ans.

La hausse des seuils est toutefois bien loin des 450 000 immigrants d’ici cinq ans que proposait un groupe de sages formé par le gouvernement, comme mesure pour relancer l’économie.

Le porte-parole du Parti conservateur en matière de Sécurité publique, Pierre Paul-Hus, estime que le gouvernement Trudeau fixe des cibles ambitieuses sans proposer de « plan de match clair », notamment pour les régions.

Il rappelle également que le traitement des demandes supplémentaires apportera son lot de défi alors que le gouvernement peine déjà à répondre à la demande.

« C’est beau, les chiffres, mais on parle de personnes. Les immigrants sont souvent déçus parce que ça ne fonctionne pas comme ils le pensaient », dit-il.

 

Source: Le Journal De Montréal

0 commentaire(s) - Commenter cet article

    Aucun commentaire pour ce sujet

Poster votre commentaire
chargement...