Québec prévoit recevoir jusqu’à 53 000 immigrants en 2018

Le gouvernement Couillard s'attend à ce que le Québec accueille de 49 000 à 53 000 immigrants l'an prochain, une fourchette identique à celle prévue pour 2017, avec la même cible de 51 000 personnes. C'est ce qu'indique le Plan d'immigration du Québec 2018, rendu public jeudi.

En 2017, le Québec aura cependant reçu un peu plus d'immigrants que ce qui était prévu : de 50 700 à 53 900 , selon les plus récentes prévisions du gouvernement, datées d'août dernier.

Le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, David Heurtel, a souligné que ce plan tient compte de l’engagement du Québec « à participer aux efforts de solidarité internationale envers les personnes réfugiées et en situation vulnérable ».

Nous savons, et l’expérience récente le démontre, que chaque personne a sa place dans la société québécoise et peut, à la mesure de ses talents et de ses aspirations, contribuer à la prospérité du Québec, à la vitalité du français et à un vivre ensemble harmonieux.

David Heurtel, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, dans l'introduction du document

Du total des nouveaux arrivants, 59 % devraient être issus de l’immigration économique en 2018, c'est-à-dire qu’il s’agira surtout de travailleurs qualifiés et de gens d'affaires, et 44 % devraient connaître le français avant leur arrivée.

Entre 11 600 et 12 100 seront sélectionnés en vertu des politiques de regroupement familial, en légère hausse par rapport à 2017. Et de 8100 à 8800 seront des réfugiés, la même fourchette que dans le plan 2017.

Le plan 2018 reflète les orientations adoptées à la suite de la consultation publique sur la planification de l’immigration au Québec pour la période 2017-2019. Celles-ci prévoyaient notamment de stabiliser les niveaux d’immigration à 51 000 personnes pour les deux premières années, puis de les augmenter légèrement à 52 500 personnes en 2019.

Il s’inscrit dans une période de transition vers un nouveau système d’immigration basé sur la déclaration d’intérêt, précise le document. Ce système doit permettre de constituer une banque de candidatures parmi lesquelles le gouvernement choisira celles qui répondent le mieux aux besoins du Québec.

 

Source: RADIO-CANADA

0 commentaire(s) - Commenter cet article

    Aucun commentaire pour ce sujet

Poster votre commentaire
chargement...